Sud EDUCATION TARN

Bienvenue sur le site de SUD éducation section du Tarn.

Retrouvez régulièrement toutes les informations du syndicat.

Un espace membres est accessible après connexion.


Bonne visite!

 
Lettre hebdo n°32 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Jeudi, 14 Juin 2018 13:57

LETTRE HEBDO N°32
du 14/06/2018


ADRESSE
59 rue Raymond Sommer
81000 ALBI

permanence tous les jeudis

mobile : 07 82  92 82 71
mail :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
http://sudeducation81.fr











 


Dans les LEP :

Le ministre de l’éducation nationale a présenté sa réforme de l’enseignement professionnel. Un bel exercice de communication à la grandiloquence ridicule qui augure d’un avenir désastreux pour le lycée professionnel. Cette propagande gouvernementale ne présage rien de bon pour les collègues et organise la casse des qualifications et des métiers pour les élèves. Blanquer annonce une filière d’excellence sans moyens supplémentaires. Pire, le gouvernement réalise des économies sur le dos des élèves qui ont le plus besoin de l’école publique. Retrouvez le décryptage des principales mesures.
lire la suite et télécharger le 4 pages à faire circuler.

Les services civiques : c’est l’affaire de tou-te-s :
Nous appelons les collègues, et particulièrement les Conseils d’écoles et les élu-e-s en Conseil d’administration à refuser le recours aux Services civiques, à faire la grève du zèle et à réclamer des postes de titulaires. Lire la suite et télécharger le tract : « Boycottons le service civique. »

Questions de classes: http://www.questionsdeclasses.org/

Les 5 bonnes raisons pour adhérer à SUD éducation : à lire ici.

 

 

 

 

 


 
Lettre hebdo n°31 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Mardi, 12 Juin 2018 12:54

LETTRE HEBDO N°31
du 07/06/2018


ADRESSE
59 rue Raymond Sommer
81000 ALBI

permanence tous les jeudis

mobile : 07 82  92 82 71
mail :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
http://sudeducation81.fr











 


Attention danger : Recours massif aux contractuel-les dans le 1er degré

L’Inspection Académique de la Loire- Atlantique vient d’annoncer le recrutement d’environ 80 enseignant-es contractuel-les dans les écoles à la rentrée prochaine. Lors de l’annonce de la baisse très importante des postes au concours, Sud Éducation avait, malheureusement, prédit cet embauche! Ces contractuel-les seraient recruté-es parmi les étudiant-es de l'ESPE ayant échoué au concours de cette année.

Les conséquences négatives de ce recrutement sont multiples:
Des enseignant.e.s n’ayant bénéficié d’aucune formation devront faire classe. Etudiant-es en M2 à l’ESPE, ils-elles auront la triple tâche suivante : travailler, en responsabilité, dans une classe 50% de la semaine ; étudier à l’ESPE 50% de la semaine ; préparer, en plus, le concours de Professeur des Ecoles qui aura lieu au printemps 2019. Cette triple casquette, ainsi que le manque de formation risquent de nuire à la réussite des élèves en classe. Affecté-es à la dernière minute, pouvant être amené-es à être déplacé-es de lieu de travail au cours de l’année, ces enseignant-es auront du mal à trouver leur place au sein des équipes. L’annualisation du temps de travail, les inégalités salariales, les pressions quant au renouvellement du contrat année après année, le manque de formation mettent en difficulté ces personnels qui exerceront  pourtant les mêmes missions d'enseignement que les enseignant-es titulaires.


Aujourd’hui, 300 000 personnels de l’Éducation Nationale ne sont pas fonctionnaires mais contractuel-le-s. La diminution du nombre de postes aux concours de l’enseignement et l’augmentation du recrutement de contractuel-le-s montrent bien la volonté du gouvernement d’en finir avec la sécurité de l’emploi et le statut de fonctionnaire d’État.

Cerise sur le gâteau :

Chaque académie fixe arbitrairement la grille de rémunération des contractuel-es. Ils-elles n’ont pas le droit au même salaire, ni aux mêmes indemnités, primes et pondérations que les titulaires.

Il est urgent de s’unir, titulaires et non-titulaires, afin de revendiquer l’égalité de traitement et la titularisation immédiate de tous les personnels .

Il est urgent de s’unir pour défendre le service public d’éducation.

Il est urgent de s’unir pour défendre nos statuts.

Mobilisons-nous contre cette politique qui creuse les inégalités et qui casse les solidarités.